Utiliser un smartphone comme téléphone fixe

Flattr this!

Depuis qu’Archos a lancé son smartphone domestique DECT sous Android, je lorgnais pas mal vers ce type d’appareils pour remplacer mon téléphone fixe, principalement pour deux raisons : avoir un répertoire de contacts unique partagé avec mon mobile et avoir un réveil de secours intelligent (avec des heures de sonnerie différentes en fonction des jours, ce que ne fait pas mon téléphone DECT actuel). Mais aucun modèle ne me satisfaisait, pour diverses raisons.

Chez Archos, c’est la qualité qui n’était vraiment pas au rendez-vous, avec un écran TN et une dalle tactile résistive. Plus récemment, des modèles sont arrivés chez Panasonic et Gigaset. Cette fois le matériel semble de bonne qualité, mais c’est le logiciel qui ne suit pas : Android 4.0 chez les deux constructeurs… Et même si la qualité est au rendez-vous, le matériel reste indigne du prix des appareils (aux alentours de 200€ tout de même) : processeurs anémiques, écrans basse définition…

Finalement, j’ai décidé d’opter pour un smartphone, qui me servira aussi pour ma seconde ligne mobile et qui passera par des solutions Wi-Fi pour le fixe. Mon choix s’est porté vers le Moto G, qui a l’énorme avantage d’exister en version Google Play Edition et dont le prix de vente est plutôt raisonnable (bien plus que celui des smartphones DECT…). Et sa grande popularité devrait de plus lui assurer un long suivi des mises à jour du côté des ROM alternatives, comme CyanogenMod.

J’en profite pour donner un carton rouge à Google pour le contenu de la boîte : le câble micro-USB du chargeur n’est pas amovible, empêchant d’utiliser ce chargeur avec un appareil doté d’un autre connecteur, et il n’y a pas de câble USB fourni, ce qui oblige à passer par Google Drive pour transférer des fichiers vers le téléphone si on n’a pas d’autre câble… Un chargeur USB sans câble amovible, ça ne devrait même pas exister !

J’ai par contre été plutôt agréablement surpris par la finition de l’appareil et par sa réactivité. Le petit Snapdragon 400 a de la ressource ! La prise en main est également plutôt agréable, même si l’appareil est un peu lourd et un peu épais.

Reste à trouver des logiciels pour l’utiliser comme téléphone fixe. Le choix du logiciel dépendra de votre opérateur. Pour Orange, il faudra passer par l’application Livephone. Très simple à configurer (il n’y a que vos identifiants Orange à saisir), elle intègre tout ce qu’on attend d’une application de téléphonie (accès au répertoire de contacts, historique, messagerie…). Elle permet de plus d’utiliser plusieurs téléphones simultanément, qui sonneront tous en cas d’appel. Elle ne fonctionne par contre que si vous êtes connecté au réseau Wi-Fi de votre Livebox et ne s’intègre pas à l’application Téléphone d’Android.

Pour Free, il n’y a pas d’application officielle fournie par l’opérateur. Il faudra passer par un client SIP standard. Personnellement, j’ai opté pour CSipSimple. L’application est prévue pour le SIP de Free, ce qui limite la configuration de base à son strict minimum (login/mot de passe), même s’il reste la possibilité de se plonger dans les paramètres avancés du protocole SIP. Son intégration est bien meilleure que celle de Livephone : l’historique des appels est directement accessible dans l’application Téléphone et la composition d’un numéro dans l’application Téléphone permet de choisir si l’appel doit passer par le réseau cellulaire ou par le compte SIP. La téléphonie SIP de Free fonctionne de plus depuis n’importe quelle connexion Internet en France. Par contre, si plusieurs combinés sont connectés, tous peuvent passer des appels, mais seul le dernier connecté sonne en cas d’appel entrant. Il y a également quelques limitations par rapport à ce que permet un téléphone fixe branché à la Freebox : pas d’appel vers des numéros surtaxés, ni vers l’étranger ou les mobiles. CSipSimple est également utilisable avec le service LiberTalk de SFR, en attendant une application dédiée qui devrait prochainement.

Pour les autres opérateurs, il semblerait malheureusement qu’il n’y ait pas de solution simple, et il faudra recourir à un appareil faisant le pont entre la prise téléphone et le smartphone… Sur ce point, la solution la plus user-friendly semble être le KX-PRW110 de Panasonic. Il s’agit d’un téléphone fixe DECT qui offre en plus une connectivité Wi-Fi permettant de passer des appels depuis un smartphone Android via l’application Smartphone Connect. Les barbus pourront opter pour une solution maison, avec un ordinateur doté d’un modem et sur lequel tourne un serveur SIP.

Après quelques jours d’utilisation, je suis plutôt satisfait du résultat, le smartphone me semble bien plus pratique à utiliser que mon téléphone DECT, tout en offrant bien plus de possibilités. Il ne reste finalement qu’un avantage au combiné DECT : le système de recharge bien plus pratique. Il faudrait passer à la recharge sans-fil pour arriver à un même niveau avec un smartphone, mais les chargeurs restent assez onéreux, et bon nombre de smartphones ne sont pas compatibles (et notamment le Moto G).

6 réflexions sur « Utiliser un smartphone comme téléphone fixe »

  1. Bonjour,

    Ma base DECT reliée à une NeufBox et mes combinés commencent à mal vieillir et je cherche une solution de remplacement.
    J’ai fait un tour des nouvelles bases/combines DECT et n’ai rien constaté de bien innovant si ce n’est des connexions Bluetooth ou USB qui permettent de partager plus facilement des répertoires.
    Mais comparé aux fonctionnalités et à l’ergonomie des smartphones c’est encore l’age de pierre.

    Votre article a été une découverte pour moi et je pense bien la mettre en œuvre.
    Il date de mars 2014, l’expérience vous a t il confirmé vos impressions de début ?

    Je possède une NeufBox et n’ai pas trouvé de logiciel similaire aux LivePhone / CSipSimple . Je pense donc passer par le Panasonic kx-prw110 à moins que vous ne connaissiez une autre piste.

    en tout cas merci pour votre article

    1. Après six mois d’utilisation, je suis globalement satisfait de cette solution, même s’il y a toujours quelques détails qui m’énervent (en gros, j’aimerais bien que Free fasse comme Orange : tous les appels autorisés via SIP et tous les téléphones enregistrés qui sonnent en cas d’appel entrant).

      Du coup je lorgne toujours sur le Panasonic pour résoudre ce problème, mais je n’ai pas encore sauté le pas…

      Dans votre cas, normalement CSipSimple doit également faire l’affaire, en activant le service LiberTalk : http://www.sfr.fr/adsl-fibre/services-options/appels-repondeurs-fixes/sfr-libertalk/ . Et à priori, sans les limitations qu’il y a chez Free…

    1. C’est exactement le modèle que j’utilise, et que je le trouve pas pratique du tout.

      Les chargeurs des téléphones DECT sont faits pour pouvoir poser le téléphone dessus « sans effort », et même en aveugle, il n’y a pas besoin de viser précisément, la base guide le téléphone et il y a suffisamment de jeu au niveau des contacts.

      Là faut poser le téléphone en visant bien le port micro-USB, quasiment impossible à faire dans le noir. Et je n’aime pas du tout l’idée de laisser reposer le poids du téléphone sur le port USB. C’est un dock totalement générique, même si le titre dit qu’il est pour Moto G, donc le téléphone n’est pas en appui sur l’arrière. Et il est vraiment très sensible, il suffit de bouger le téléphone d’un mm sur la gauche ou la droite pour que la recharge s’arrête…

      Vraiment, sans le sans-fil je vois pas de solution aussi pratique que les bases DECT. Mais heureusement depuis la rédaction de l’article les prix des chargeurs Qi ont bien baissé (on en trouve maintenant sans problème à moins de 20€), et de plus en plus de téléphones sont équipés (le Moto G toujours pas… mais il existe des bidouilles pour lui ajouter le Qi).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.