Test : dock/duplicateur Icy Box IB-120CL-U3

Flattr this!

Il y a quelques mois, j’ai été victime d’un bug du firmware de mon SSD Crucial M4 : le SSD n’était plus reconnu par la carte mère. Plus de peur que de mal heureusement, une longue procédure décrite sur le site de Crucial permet de sauver le SSD et les données qu’il contient. Mais depuis je suis montée d’un cran dans la parano face aux pertes de données, et je clone régulièrement mon volume système. J’ai trouvé un petit accessoire bien pratique pour le faire : le dock SATA Icy Box IB-120CL-U3.

Icy Box IB-120CL-U3
Icy Box IB-120CL-U3

Sous son air de dock deux baies tout ce qu’il y a de plus classique, celui-ci propose une fonction bien utile : il permet de cloner de façon totalement autonome le disque de la première baie vers celui de la seconde.

Packaging

Comme d’habitude chez Icy Box, on a droit à une boîte un peu moche, qui fait très produit no-name… Mais bon, c’est pas ce qui compte le plus 🙂 À l’intérieur, on trouve le dock, son alimentation secteur, un petit câble USB 3.0 bleu et le manuel.

Design

Le dock est de très bonne facture, avec une finition plutôt haut de gamme et une carrosserie latérale en aluminium. La connectique et le bouton d’alimentation se trouvent au dos de l’appareil, tandis qu’en façade on trouve une LED d’alimentation, quatre LED indiquant l’avancement de la copie et deux boutons, un pour réinitialiser le dock et un pour lancer le clonage. Le câble n’a par contre pas l’air très solide, en plus d’être particulièrement moche (vraiment, les câbles bleus, c’est pas une bonne idée…).

Comme sur la plupart des docks, la trappe cachant chaque baie est une trappe 3.5″ avec une entaille permettant de glisser un disque 2.5″. Dommage que cette entaille ne soit jamais fermée, laissant entrer la poussière dans le dock et directement sur la connectique quand aucun disque n’est en place.

Utilisation

Premier branchement, premiers problèmes : le dock n’est reconnu qu’en USB 2.0. Après plusieurs essais, je met le problème sur le compte du câble. La première impression ce confirme, il est de mauvaise qualité. Hop, poubelle.

Une fois le câble changé, l’utilisation est particulièrement simple. Pour l’utiliser comme un simple dock, il suffit de glisser le où les disques durs et de brancher le dock à l’ordinateur. Curieusement, le dock ne semble par contre pas hot-plug : si on rajoute un deuxième disque, il faut presser le bouton Reset pour que l’ordinateur le reconnaisse, ce qui a pour effet de déconnecter temporairement le premier disque.

Pour le clonage, ce n’est pas franchement plus compliqué. Il faut commencer par débrancher le câble USB (le clonage est tellement autonome qu’il ne marche QUE en autonomie 🙂 ), mettre le disque source dans l’emplacement marqué Source, mettre le disque de destination dans l’emplacement marqué Target (attention à ne pas se tromper de sens, sinon mauvaise surprise à l’arrivée…), puis allumer le tout et appuyer 4 secondes sur le bouton Clone.

Le clonage ne nécessite pas nécessairement des disques de même taille, il faut simplement que le disque destination fasse au moins la taille du disque source (même si celui-ci n’est pas plein). Si le disque de destination est plus grand que la source, il faudra après le clonage créer une nouvelle partition ou étendre la dernière partition existante pour récupérer le complément d’espace.

Performances

On commence par les performances de clonage. Avec un SSD Crucial M4 de 256 Go en source et en destination, il a fallu 23 minutes et 35 secondes pour réaliser le clone, soit un débit moyen de 180 Mo/s. Le M4 tient normalement environ 250 Mo/s en écriture séquentielle, donc on est visiblement un peu limité par l’électronique du dock, mais moins de 24 minutes pour copier 256 Go, c’est satisfaisant.

Avec deux disques durs Western Digital Caviar Green de 1 To, il faut être beaucoup plus patient : la copie a nécessité pas moins de 2 heures et 41 minutes. On est donc tombé à un débit moyen d’un peu plus de 100 Mo/s, probablement limité par le disque dur.

Pour les disques plus gros, il faudra être encore plus patient… Et c’est justement là l’intérêt d’un dock autonome, qui évite de monopoliser un ordinateur pendant de longues heures pour un simple clonage de disque.

Passons maintenant au performances comme simple dock USB 3.0. Les performances sont mesurées avec un SSD Samsung 830 de 128 Go.

En USB 3.0, le IB-120CL-U3 est au niveau du Zalman ZM-VE300 en lecture et écriture séquentielles et en écriture aléatoire, mais est sensiblement moins rapide en lecture aléatoire.

Icy Box IB-120CL-U3 : performances en USB 3.0
Icy Box IB-120CL-U3 : performances en USB 3.0
Zalman ZM-VE300 : performances en USB 3.0
Zalman ZM-VE300 : performances en USB 3.0

En USB 2.0 par contre, aucune différence sensible entre les deux solutions. On notera par contre que, comme signalé dans un précédent article, les performances de cet appareil USB 3.0 sur un port USB 3.0 bridé en USB 2.0 sont nettement supérieures aux performances habituelles des périphériques USB 2.0 :

Icy Box IB-120CL-U3 : performances en USB 2.0
Icy Box IB-120CL-U3 : performances en USB 2.0
Zalman ZM-VE300 : performances en USB 2.0
Zalman ZM-VE300 : performances en USB 2.0

Conclusion

Pour moins de 50€, le dock SATA Icy Box IB-120CL-U3 est une relativement bonne affaire. Les performances USB 3.0 sont conformes à ce qu’on peut attendre pour ce prix, la finition est excellente et ce dock vous rendra de fier services si vous clonez régulièrement des disques durs.

On regrettera tout de même la qualité du câble fourni et les performances un peu faiblardes pour le clonage de SSD, mais ce ne sont pas des défauts rédhibitoires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.