Test : Asus T100HA, le digne successeur des netbooks

Flattr this!

Après avoir connu un beau succès, sous l’impulsion d’Asus, il y a quelques années, les netbooks sont rapidement tombés dans l’oubli, balayés par les tablettes. Mais le constructeur taïwanais n’a jamais complètement abandonné ce concept, et l’a aujourd’hui remis au goût du jour, avec les Transformer Book T100.

Proposés à des tarifs similaires à ceux des netbooks haut de gamme, les Transformer Book T100 sont en quelque sorte la fusion du netbook classique et de la tablette.

Asus Transformer T100HA

Caractéristiques techniques

Le T100HA en est l’itération la plus récente, la première a être livrée sous Windows 10. Ses caractéristiques sont plutôt alléchantes compte tenu du tarif, qui démarré à 300€ :

  • SoC Intel Atom x5-Z8500 (plateforme Cherry Trail, 4 cœurs 64 bits à 1.44 GHz avec turbo à 2.24 GHz)
  • 2 à 4 Go de RAM,
  • 32 à 128 Go de stockage SSD,
  • Écran 10.1″ IPS 1280×800,
  • Clavier amovible,
  • Batterie 30 Wh,
  • Wi-Fi 802.11 a/g/n et Bluetooth 4.0,
  • Webcam 2MP et appareil photo 5MP,
  • slot micro-SD, entrée/sortie jack 3.5mm, port micro-USB 2.0, port USB 3.0 type C et port micro HDMI sur la tablette,
  • port USB 2.0 type A sur le clavier amovible,
  • 580g pour la tablette, 460g pour le clavier.

L’appareil est livré sous Windows 10, avec quelques logiciels préinstallés, mais rien de trop envahissant : Office (lecture uniquement), des utilitaires Asus (mise à jour, gestion de la caméra…), quelques liens vers des applications sur le Windows Store…

Le T100HA est livré avec un chargeur USB 2A, pouvant délivrer soit du 5V standard, soit du 9V pour une charge plus rapide (moins de 3h). Malgré la présence d’un port USB type C sur la tablette, la recharge ne fonctionne par contre que via le port micro-USB, comme sur les modèles précédents. C’est dommage, d’autant qu’Asus a été l’un des premier à proposer des produits USB Power Delivery 2.0

Le modèle que j’ai testé est le modèle à 350€, doté de 4 Go de RAM et d’un SSD de 64 Go.

Design

Il n’y a pas 36 façons de faire une tablette convertible, le T100HA ne se distingue donc pas spécialement par son design.

La tablette est un rectangle à coins arrondis avec une bordure noire autour de l’écran, la connectique sur la tranche gauche (sauf le port type C, situé sur la droite), un bouton de réglage du volume sur la tranche droite, le bouton d’allumage sur la tranche supérieure… Bref, tout ce qu’on trouve habituellement sur les tablettes Asus. Les matériaux sont par contre un peu moins habituels pour cette gamme de prix, puisque le plastique laqué des premiers T100 a cédé sa place à de l’aluminium, qui donne une impression de robustesse.

Du côté de la base, on a droit à un clavier AZERTY complet et un trackpad. Asus a par contre revu le système de fixation de la tablette à sa base. Fini le loquet à actionner pour désolidariser les deux éléments, bonjour la fixation magnétique. Cette fixation avait déjà été utilisée sur d’autres transformables de la marque, mais elle était alors associée avec un clavier Bluetooth, peu pratique (il fallait recharger sa batterie de temps en temps en le branchant à la tablette via un câble), alors que sur le T100HA Asus a combiné le connecteur physique (données + alimentation) et la fixation magnétique. Dommage que le constructeur n’en ait pas profité pour remettre aussi une batterie secondaire dans le clavier…

Utilisation

À l’usage, le T100HA est plutôt agréable. Il ne faut bien entendu pas attendre des miracles en terme de confort de frappe avec le clavier, compte tenu des dimensions réduites de la machine, mais ça reste tout a fait utilisable, même si les touches sont un peu dures.

Le trackpad gagnerait à être un peu plus grand, mais il n’y a hélas pas beaucoup de place pour l’agrandir. Heureusement, l’écran tactile permet le plus souvent de s’en passer complètement, même lorsqu’on utilise l’interface classique de Windows, pour laquelle Microsoft a tout de même fait quelques adaptations au tactile (par exemple, le menu contextuel du bureau s’affiche avec des éléments plus espacés lorsqu’il est invoqué en tactile que lorsqu’il est invoqué avec le trackpad).

Par rapport aux modèles précédents, les transitions entre le mode laptop et le mode tablette ont été grandement améliorées par le nouveau système de fixation. Alors que j’ai souvent eu des problèmes de grippage du système coulissant sur les TF101 et TF701, le nouveau système sans aucune pièce mécanique fait des miracles. Il suffit de tirer sur la tablette en maintenant le clavier, et les deux éléments se séparent sans broncher.

Côté performances, l’Atom x5 n’est pas une foudre de guerre. Il est relativement à l’aise pour de la bureautique, du surf ou de la lecture vidéo, même en 4K (à condition que le codec et le lecteur utilisé soient compatibles avec l’accélération matérielle du décodage vidéo), mais atteint vite ses limites si on le pousse un peu plus, par exemple avec des jeux vidéos.

Autonomie de l'Asus T100HA
Une autonomie très confortable…

Ce SoC 14nm fait par contre des miracles au niveau de l’autonomie, qui est tout simplement impressionnante.  Après 7h de lecture vidéo en H.264 SD (luminosité à 50%, Wi-Fi désactivé), la jauge de batterie m’indiquait 52% de réserve, soit une autonomie de l’ordre de 14h… De quoi voir venir ! En streaming Wi-Fi, et toujours en H.264 SD, on peut compter sur 9h à 10h d’autonomie, tandis que la lecture de H.264 HD peut tenir environ 11h. Enfin, en usage bureautique/internet, une charge complète assurera 10 à 12h d’autonomie. C’est bien mieux que ma précédente Transformer (la TF701T) 🙂

Conclusion

Après avoir connu un beau succès avec les premières générations de T100, qui ont dominé les ventes fin 2014/début 2015, Asus a apporté à son transformable des améliorations bienvenues, qui devraient permettre au constructeur de continuer à profiter de la popularité des tablettes hybrides.

La finition a été nettement améliorée, les performances et l’autonomie ont progressé, et tout ça sans augmentation de prix. Alors que les netbooks classiques vivotent depuis quelques années, les progrès réalisés sur les hybrides pourraient même finir par leur porter le coup de grâce : il n’y a que 50€ d’écart entre un T100HA et un netbook Asus X205TA, certes doté d’un écran un peu plus grand (11.6″), mais moins performant et moins autonome…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.