HEIF : enfin un successeur pour le JPEG ?

Flattr this!

Malgré son âge vénérable (27 ans, voire près de 40 si on compte les premiers travaux sur le sujet), le format JPEG reste aujourd’hui la référence incontestée pour l’enregistrement de photos compressées. Mais les choses vont peut-être enfin changer avec l’HEIF (High Efficiency Image File Format).

Depuis une quinzaine d’années, de nombreux formats d’images promettant une meilleure compression à qualité égale ont été présentés (rien que côté JPEG, il y a eu trois révisions majeures, JPEG 2000, JPEG XR et JPEG XT), mais aucun n’a réellement réussi à percer, souvent à cause d’une trop grande complexité et de gains trop faibles pour compenser le handicap que constitue la compatibilité restreinte.

Proposé par le MPEG, l’HEIF est un format d’image utilisant les mêmes algorithmes que ceux utilisés pour compresser les frames clés du HEVC (High Efficiency Video Codec), le codec vidéo plus connu sous le nom de H.265, très populaire aujourd’hui pour les encodages de vidéos en 4K et plus.

Outre une grande efficacité de compression et une perte de qualité plus douce que celle du JPEG (les compressions élevées donnent un aspect « flou » à l’image, plutôt que de faire apparaitre des blocs uniformes), ce choix donne un avantage majeur à l’HEIF par rapport à la plupart des autres formats d’images moderne : son algorithme est implémenté matériellement dans tous les circuits d’encodage vidéos récents. Ainsi, les smartphones et les appareils photos vont pouvoir gérer ce format avec un surcoût minimum, et sans qu’il soit nécessaire de les doter de CPU plus puissants.

Et il semblerait qu’avec ce choix, le MPEG a fait mouche. Après avoir été intégré par Apple dans ses systèmes macOS High Sierra et iOS 11 lancés en septembre dernier, Google et Microsoft viennent d’annoncer que l’HEIF sera supporté prochainement dans Android et Windows 10, avec un support d’ores et déjà implémenté dans les dernières version « preview » de ces deux systèmes. Il restera alors à assurer la compatibilité des principaux navigateurs, ce qui ne devrait pas tarder une fois le support intégré aux OS. Il est en outre possible d’utiliser l’HEIF sur un site web dès aujourd’hui, en intégrant au site un décodeur en JavaScript, comme celui proposé par Nokia.

Accessoirement, l’HEIF pourrait détrôner le GIF, encore très populaire pour diffuser sur le web des petites animations. L’HEIF permet en effet d’intégrer une séquence d’images dans un même fichier, et de les afficher une à une avec des intervalles de temps réglables, comme avec un GIF animé, mais avec en prime la possibilité d’accompagner le tout d’un flux audio.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.