UNE NOUVELLE VERSION D'INFOBIDOUILLE EST EN LIGNE CLIQUEZ-ICI POUR LA VISITER

Avec les abonnements Internet mobiles, les français ont pris l'habitude des forfaits illimités* où le terme illimité ne s'applique en fait qu'à la durée de connexion, permettant ainsi aux opérateurs de réduire le débit au delà d'un certain volume mensuel et/ou d'interdire certains types de services. Des restrictions que certains, Orange en tête, souhaiteraient également appliquer à l'Internet fixe...

Offres Internet FFT

Un document de travail de la Fédération Française des Télécoms (FFT) présente en effet ce que pourraient être les offres Internet type dans un futur proche, et les restrictions habituelles des forfaits mobiles font bel et bien partie de ce futur. Destiné à l'ARCEP, ce document daté de la fin du mois de juillet découpe les offres en trois catégories : ADSL "toutes zones", ADSL dégroupé, très haut débit. Dans les deux dernières catégories, les plus "haut de gamme", il prévoit la possibilité de proposer des offres avec un quota mensuel de téléchargement, et une réduction de débit, voir une coupure au delà de cette limite, mais aussi un plafond de téléchargement "par session". Ces offres haut de gamme ne devraient par contre pas permettre la restriction de certains services. Pour l'ADSL "toutes zones" par contre, le document prévoit, en plus des limitations prévues pour les deux autres catégories, d'autoriser les opérateurs à interdire la voix sur IP, les newsgroups et le P2P. De quoi donner des sueurs froides aux habitants des zones rurales, qui ne peuvent souvent accéder qu'à ce type d'offres...

Parmi les membres de la FFT, on compte notamment les trois principaux opérateurs mobiles, Bouyges Telecom, SFR et Orange. Il n'est donc pas vraiment surprenant que ces offres s'inspirent des offres mobiles. Interrogé sur le sujet, Orange a confirmé sa volonté de proposer des offres comportant ce type de restriction, par la voix de son porte-parole, qui tente toutefois de minimiser l'impact que pourraient avoir de telles mesures sur les abonnés : "Oui, il y a certains forfaits sur lesquels on risque de mettre des seuils. S’ils ne concernent qu’ 1% des gens qui downloadent des films toute la journée, alors c’est envisageable. C’est inacceptable si cela impacte davantage de clients". Dans le cas où de telles restrictions seraient mises en place, espérons toutefois qu'il ne s'agira que de réductions de débits, et pas de forfaits bloqués : si un forfait bloqué est acceptable pour une connexion secondaire via un smartphone ou une tablette, il l'est beaucoup moins pour un accès principal, puisque le blocage priverait l'utilisateur de certains moyens essentiels de communication jusqu'à la fin du mois...

Suite à la divulgation de ces informations, deux opérateurs ont déjà manifesté leur opposition à ces principes : Free et Numéricable. Ils rappellent d'ailleurs tous deux qu'ils ont quitté la FFT, en 2008 pour le premier et il y a quelques mois pour le second, et n'ont donc pas pris part à l'élaboration de ce document. Ceci devrait freiner l'application de restrictions chez les autres opérateurs, dont les offres deviendraient bien moins concurrentielles. Eric Besson, ministre en charge de l'Économie Numérique a pour sa part indiqué que de telles restrictions n'étaient pas souhaitables et que des mesures allaient être prises concernant l'utilisation du terme "illimité" pour certaines offres : "le Gouvernement n’envisage aucune restriction de l’accès à Internet et travaille bien au contraire au développement du très haut débit fixe et mobile sur l’ensemble du territoire et pour l’ensemble des français. ... Le Gouvernement travaille par ailleurs à encadrer l’utilisation du terme "illimité" par les opérateurs, afin de protéger les consommateurs contre certains abus. Certains consommateurs ayant souscrit des offres prétendument "illimitées" ont effet pu constater des débits qui n’avaient rien d’illimités." D'après ces propos, on peut supposer qu'il pourrait bientôt être interdit d'utiliser le qualificatif "illimité" pour des offres imposant des restriction de débit au delà d'un certain volume.

*dans la limite de 1 Go, débit réduit au-delà. Usage voix sur IP, P2P et newsgroups interdits
Posté par Matt le 22/08/2011 à 09h09
7 commentaires
Sources : Numérama et Univers Freebox

Merci la concurrence sans laquelle les trois gros s'engraisseraient encore plus.
Pour ce qui est des restrictions de débits, moi ça me dérange pas pourtant j'arrive assez souvent aux plafonds et même si c'est pas super bien régulé, il y a une certaine logique (permettre un partage équitable du réseau). Par contre interdire le mode modem, ça c'est pas de l'internet illimité !

Posté par kstor le 22/08/2011 à 10h09 - Citer
Édité le 22/08/2011 à 11h09

Corrigé, merci.

Perso, je trouve que l'interdiction du mode modem est bien plus logique que des restrictions de service ou même de débit : l'opérateur mobile fait une offre d'accès Internet destinée à un smartphone, pas à un ordinateur, dont la consommation est généralement supérieure.

Posté par Matt le 22/08/2011 à 10h14 - Citer
Édité le 22/08/2011 à 10h15

Ce qui me fait rêver c'est que free va surfer sur la vague du "on est cool on va pas faire comme les autres" Engranger des clients pis au final faire comme les autres.

Posté par Ptit_boeuf le 22/08/2011 à 10h28 - Citer

Matt a écrit :

Corrigé, merci.
Perso, je trouve que l'interdiction du mode modem est bien plus logique que des restrictions de service ou même de débit : l'opérateur mobile fait une offre d'accès Internet destinée à un smartphone, pas à un ordinateur, dont la consommation est généralement supérieure.

Ben justement pour s'assurer que tu vas pas trop consommer on te bride ton débit, même avec le mode modem.
même pour les offres à volumes réduits, on s'assure que tu vas pas dépasser les volumes mais on interdit quand même le mode modem. Quel est l'intérêt si ce n'est de renvoyer le client sur des offres qui coutent un bras (parce que dans ce cas le volume consommé est le même...).
Ça revient "presque" à dire que sur un téléphone on a pas le même internet que sur un PC.

Posté par kstor le 22/08/2011 à 11h09 - Citer

Matt a écrit :

Perso, je trouve que l'interdiction du mode modem est bien plus logique que des restrictions de service ou même de débit : l'opérateur mobile fait une offre d'accès Internet destinée à un smartphone, pas à un ordinateur, dont la consommation est généralement supérieure.

Ben justement pour s'assurer que tu vas pas trop consommer on te bride ton débit, même avec le mode modem.
même pour les offres à volumes réduits, on s'assure que tu vas pas dépasser les volumes mais on interdit quand même le mode modem. Quel est l'intérêt si ce n'est de renvoyer le client sur des offres qui coutent un bras (parce que dans ce cas le volume consommé est le même...).
Ça revient "presque" à dire que sur un téléphone on a pas le même internet que sur un PC.

Ptit_boeuf a écrit :

Ce qui me fait rêver c'est que free va surfer sur la vague du "on est cool on va pas faire comme les autres" Engranger des clients pis au final faire comme les autres.

C'est une possibilité ou alors il se passe la même chose que sur l'augmentation de la taxe sur le téléphone, les autres voient leurs clients se barrer tellement rapidement qu'ils changent vite de stratégie.
Les deux sont possibles, sur l'ADSL l'augmentation a été répercutée et sur la téléphonie, elle a été absorbée.
Maintenant, Free ils se font une image mais pour mois ils valent pas mieux, il me semble qu'ils brident déjà youtube ?
Ca m'a bien fait rire aussi leur histoire du "nous on donne pas les IP des vilains pirates à Hadopi" et dès que la compensation financière a été acceptée, "ouvrez les vannes !!!"

Posté par kstor le 22/08/2011 à 11h14 - Citer

kstor a écrit :

Ben justement pour s'assurer que tu vas pas trop consommer on te bride ton débit, même avec le mode modem.

Oui, mais même bridé, tu peux continuer à consommer, donc à exploser l'usage moyen estimé pour un utilisateur mobile, qui sert de base pour fixer le tarif de l'offre.

kstor a écrit :

même pour les offres à volumes réduits, on s'assure que tu vas pas dépasser les volumes mais on interdit quand même le mode modem. Quel est l'intérêt si ce n'est de renvoyer le client sur des offres qui coutent un bras (parce que dans ce cas le volume consommé est le même...).

Même sur un forfait bloqué, la tarification est basée sur l'usage moyen d'un utilisateur mobile. Sachant que cet usage moyen est toujours inférieur à la taille du forfait, vu que la majorité des utilisateurs ne vont pas jusqu'au bout du forfait.
Si tu autorises le mode modem, même en gardant la limite de volume, l'usage moyen va mécaniquement augmenter.

Posté par Matt le 22/08/2011 à 11h29 - Citer

Ouais, je comprends ton opinion, on prend carrément le problème à l'inverse l'un de l'autre. Les deux se tiennent.
Ça ne me gênerait pas de revoir encore plus à la baisse mon quota ou mon débit sur mon forfait illimité si c'est pour avoir droit au mode modem.

Posté par kstor le 22/08/2011 à 12h23 - Citer

Nom : 
Code de vérification : quarante + dix-sept = (en chiffres)