Quand Google se prend pour Apple… RIP Nexus !

Flattr this!

Avec la flambée tarifaire des Nexus 6 et Nexus 6P, Google avait déjà commencé depuis deux ans à tuer l’esprit de sa gamme Nexus, qui était initialement une gamme de terminaux de référence, proposés à des tarifs très compétitifs et ciblant les développeurs et les bidouilleurs. Avec sa gamme 2016, la firme de Mountain View enfonce définitivement le clou, et abandonne la marque Nexus.

Les smartphones Google devront désormais être appelés Pixel pour le petit modèle (5″) et Pixel XL pour le grand modèle (5.5″). La marque Pixel avait déjà été utilisée pour deux Chromebooks haut de gamme (et hors de prix !) une l’onéreuse tablette Pixel C lancée l’an dernier. Hélas, cette tendance à l’embompoint tarifaire dans la gamme Pixel se retrouve plus que jamais avec les deux Pixel Phone. Google a en effet réussi l’exploit à les proposer au même prix que les iPhone 7 et 7 Plus !

Google Pixel et Pixel XL

En Allemagne, seul pays de la zone euro où le Pixel sera disponible pour la première vague, il faudra en effet compter 760€ pour le Pixel 32 Go, 870€ pour le Pixel 128 Go, 900€ pour le Pixel XL 32 Go et 1010€ pour le Pixel XL 128 Go, soit exactement les prix des iPhone 7 32 Go, 128 Go, 7 Plus 32 Go et 7 Plus 128 Go. Qu’il est loin le temps du Nexus 4 ! Le Pixel XL haut de gamme est quasiment trois fois plus cher que le Nexus 4 haut de gamme (350€ en 2012 !).

Ce nouveau positionnement tarifaire est d’autant plus gênant que sur le plan de la fiche technique le Pixel ne dispose d’aucune « killer feature » pour justifier ce prix, et aura bien du mal à soutenir la comparaison face à l’iPhone. On notera quand même un changement important par rapport à l’année dernière : le petit modèle est simplement une version miniature du grand (ou inversement), puisqu’en dehors de l’écran et de la batterie, tout le reste est identique.

Google Pixel et Pixel XLLes caractéristiques progressent heureusement sur certains points (CPU et GPU nettement plus puissant, plus de RAM, plus de stockage, USB 3.0), mais on peut également noter quelques régressions, comme la disparition du Glonass (oubli sur la fiche technique ?), mais aussi et surtout, des deux enceintes stéréo en façade, remplacées par une unique enceinte mono orientée vers le bas du téléphone. Google n’a heureusement pas poussé le vice jusqu’à retirer lui aussi la prise jack !

Si on fait abstraction du prix, le gros point fort de ces Pixel sera leur appareil photo, qui atteint un score de 89 au test DxOMark Mobile, ce qui en fait la nouvelle référence. Le 6P atteignait 84 points, l’iPhone 7 86 et les meilleurs appareils Android (HTC 10, Galaxy S7 Edge et Xperia X Perf) 88. Il confirme à ce niveau la tendance aux progrès en photo que Google avait déjà engagée l’année dernière, après plusieurs Nexus handicapés en photos. Et pour profiter au maximum de ce capteur photo, les utilisateurs de Pixel disposeront d’un espace de stockage illimité pour les photos et vidéos sur Google Photos, en pleine définition et sans avoir à recompresser leurs œuvres.

Les autres nouveautés sont plutôt à chercher du côté logiciel. Avec Android 7.1, les Pixel seront les premiers smartphones à embarquer Google Assistant, la nouvelle fonction de mise à jour rapide du système, et un outil pour faciliter la migration depuis un ancien smartphone (Android ou iPhone) en le branchant directement au Pixel, via un adaptateur USB fourni dans la boîte.

La conférence de Google a également été l’occasion de présenter un nouveau Chromecast, qui apporte une connexion Ethernet, une sortie 4K/HDR et le support du H.265 (et un prix qui passe de 40 à 80€… le Chromecast 2 restera heureusement commercialisé pour les petits budgets…), le Google Wi-Fi, un routeur/répéteur Wi-Fi 802.11ac présenté comme très simple à configurer (130$ l’unité, 300$ les trois) et le Daydream View, qui est peut-être le produit le plus intéressant du lot : un casque VR pour smartphone, plus léger et plus confortable que ses principaux concurrents et livré avec une télécommande pour 80$, un tarif plutôt compétitif par rapport aux produits concurrents.

2 réflexions sur « Quand Google se prend pour Apple… RIP Nexus ! »

Laisser un commentaire