Google pousse pour un meilleur suivi des appareils Android

Flattr this!

À l’occasion de la Google I/O 2018, Google a fait deux annonces qui montrent que le développeur d’Android semble décidé à continuer ses efforts pour s’attaquer au problème du manque de mise à jour système des appareils Android, dans la continuité du projet Treble lancé l’année dernière.

La première annonce concerne la disponibilité de la version Developer Preview du futur Android P (Android 9). C’était une tradition bien huilée, chaque année la Google I/O s’accompagnait du lancement d’une version DP disponible pour les appareils Google datant de moins de deux ou trois ans. Cette année, pour la première fois, la DP sera aussi disponible chez plusieurs autres constructeurs. Ainsi, ce sont une dizaine de modèles qui sont éligibles, chez sept constructeurs : Essential Phone, les quatre Google Pixel, Nokia 7 Plus, Oppo R15 Pro, Sony Xperia XZ2, Vivo X21 et X21UD, Xiaomi Mi Mix 2S. On notera tout de même l’absence remarquée de Samsung et LG ainsi que de modèles d’entrée et de milieu de gamme.

L’arrivée des version DP sur un plus grand nombre de modèles est sans doute la conséquence directe de la mise en place du projet Treble, qui, en revoyant l’architecture du système pour mieux séparer les couches basses des surcouches constructeurs, visait à faciliter la mise à jour du système sur les appareils équipés d’une surcouche constructeur.

La seconde annonce vise un point moins visible, mais tout aussi important, si ce n’est plus : les mises à jour de sécurité. Depuis quelques années déjà, Google publie chaque mois une mise à jour d’Android dédiée aux correctifs de sécurité, indépendamment du cycle des versions du système. Mais comme pour les nouvelles versions du système, les constructeurs d’appareils Android trainent des pieds lorsqu’il s’agit de pousser ces mises à jour de sécurité vers leurs clients. Google envisage donc de sortir l’artillerie lourde, en imposant contractuellement aux constructeurs la diffusion de ces mises à jour de sécurité.

En effet, même si le système Android de base est libre et peut donc être utilisé par n’importe quel constructeur sans le moindre accord avec Google, la plupart des constructeurs veulent livrer leurs produits avec les « Google Apps », un ensemble d’applications (dont le Play Store) sans lesquelles les appareils Android sont bien peu séduisant pour les consommateurs. Ces applications étant propriétaire, leur livraison avec les appareils Android nécessite un accord entre le constructeur et Google. Et c’est donc via cet accord que Google voudrait imposer la diffusion des mises à jour de sécurité.

Espérons que ces mesures permettront enfin d’espérer un suivi digne des mises à jour digne de nom sur les appareils Android, au moins sur les modèles haut de gamme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.