Brave, le navigateur qui veut révolutionner la pub

Flattr this!

Alors que les bloqueurs de publicités mettent en difficulté un nombre croissant de sites, les poussant à chercher d’autres modes de financement ou à fermer leurs portes, un nouveau navigateur, Brave, tente d’innover en modifiant le modèle économique de la publicité pour le rendre plus acceptable par l’utilisateur.

Ce navigateur va en effet bloquer les publicités présentes sur les sites web, pour les remplacer par… ses propres publicités. On pourrait donc penser à une forme de parasitage, mais il n’en est rien, puisque les revenus seront partagés, selon un modèle assez original. Les éditeurs des sites web toucheront directement 55% des revenus des publicités affichées sur leurs pages, Brave en récupérera 15%, les régies publicitaires 15% également. Et les 15% restant seront reversés aux utilisateurs, sous forme d’une cagnotte qu’ils pourront utiliser pour rémunérer des sites, en contrepartie de quoi les publicités ne s’y afficheront plus.

Ce mode de fonctionnement vise à rendre les publicités plus tolérables en limitant leur impact sur la navigation, tout en sensibilisant les utilisateurs sur l’importance des publicités pour le financement des sites web.

Les publicités affichées par le navigateur devraient se charger plus rapidement, pour améliorer le confort, et se limiteront à des bannières et boutons de dimensions standard. Exit donc les publicités interstitielles, vidéos, et autres… Le ciblage se fera en outre sans que le profil de l’utilisateur ne soit transmis à un serveur tiers. C’est le navigateur lui même qui profilera l’utilisateur et réclamera des publicités adaptées. Brave bloquera d’ailleurs les systèmes de tracking tiers.

Ce nouveau modèle parait assez intéressant, même si les choses seront sans doute loin d’être simples pour ce qui est de la répartition des revenus… Il semble en effet difficile d’imposer aux éditeurs de sites web d’accepter ce système. Heureusement, il s’agit d’un projet monté par des personnalités reconnus, en particulier Brendan Eich, déjà connu pour avoir créé le langage JavaScript il y a 20 ans, et ancien cadre de la fondation Mozilla (qui a toutefois renié ses origines, puisque c’est sur Chromium que Brave a été basé).

Combiner respect de la vie privée, micro-donations, et publicité, il fallait l’oser. Il ne reste plus qu’à voir si ce sera un succès où un énième coup d’épée dans l’eau…

Les premières versions beta seront disponibles dans quelques temps, en s’inscrivant au programme de beta test. À terme, Brave devrait être disponible sur toutes les plateformes majeures : Windows, OS X, Linux, Android, iOS…

Source : Génération NT (cache : PNG, MAFF)

J’en profite pour rappeler que si vous voulez soutenir financièrement Infobidouille, qui fonctionne sans publicités et sans tracking depuis mars 2015, vous pouvez faire un don via PayPal ou Flattr ou faire vos achats sur Amazon.fr et Materiel.net via les liens sponsorisés situés en haut à gauche de la page 🙂

3 réflexions sur « Brave, le navigateur qui veut révolutionner la pub »

  1. Ce qui me semble le plus compliqué est de rémunérer les sites.
    Comment brave connait-il le RIB des propriétaires des sites ?
    Il faudra qu’ils s’inscrivent ? Comment seront-ils prévenus ?

    Sinon ça peut-être vraiment bien. C’est une alternative à Google et autres.

  2. Yep, côté administratif, ça va être compliqué… Je pense qu’il faut attendre de voir la version finale pour voir ce que ça donne en pratique.

    Je serais pas surpris par exemple que ce système ne s’applique qu’aux sites qui s’y inscrivent, comme tu le suggères, tandis que sur les autres les pubs classiques continueraient à s’afficher.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.